Information Préopératoire

L’INFORMATION PRÉOPÉRATOIRE

La clarté et la qualité des informations échangées lors des consultations préopératoires sont fondamentales à la bonne compréhension de l’intervention prévue et demandée.

Le chirurgien vous communique différents documents (devis, consentement éclairé,…), brochure explicative ou site Web d’information… Votre opérateur aura à cœur d’encadrer au mieux l’intervention, afin de vous aider à vivre ce geste chirurgical librement consenti de la meilleure façon possible.

La plupart du temps, les suites sont simples, mais une complication peut survenir. Il faut absolument une communication et un contact permanents avec votre chirurgien.
Un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure par sa formation de la compétence requises pour LIMITER LE RISQUE de ces complications, et les traiter efficacement. Ainsi une “retouche” peut se révéler utile, décision prise d’un commun accord au cours d’un suivi régulier.

“LE RISQUE ZÉRO” N’EXISTE PAS et l’acte chirurgical implique une prise de risque, faible statistiquement, mais tout à fait réelle.

Les chirurgiens plasticiens qualifiés respectent le code de déontologie médicale, S’ASTREIGNENT À UNE OBLIGATION DE MOYENS ET À UNE OBLIGATION D’INFORMATION DÉTAILLÉE : déclaration de consentement éclairé et devis obligatoire pour les actes relevant de la chirurgie esthétique.

Cependant, il faut insister sur le fait qu’IL N’EXISTE AUCUNE DÉFINITION D’UN « RÉSULTAT » EN CHIRURGIE PLASTIQUE ET ESTHÉTIQUE. Le professionnel s’engage à tendre vers l’amélioration morphologique envisagée qui reste cependant sous la dépendance D’UNE ÉVENTUELLE COMPLICATION POSTOPÉRATOIRE OU D’UN ALÉA THÉRAPEUTIQUE IMPRÉVISIBLES.

Ainsi, suivant les recommandations des Syndicats et Sociétés Savantes, les Chirurgiens Plasticiens, professionnels compétents, rappellent :

Qu’ils interviennent dans des conditions de cicatrisation et de susceptibilité biologique différentes d’un patient à l’autre et d’une région du corps à l’autre,

Que la personnalité biologique et sanitaire de chaque opéré introduit une variable supplémentaire dans l’évolution postopératoire,

Que des incident mineurs: inflammation, désunion partielle, petites infections, peuvent survenir. Ces épisodes peuvent parfois dégrader la qualité de la cicatrice, et allonger la période d’évolution cicatricielle dont le cours normal est de 12 à 18 mois.

Qu’un aléa thérapeutique peut compromettre l’avenir et la santé d’un patient informé et consentant, avec de multiples conséquences, et ceci sans faute médicale et sans antécédent particulier.